Lexique de la fiche télérelève PDF Envoyer

Le télé relevé

Le télé relevé consiste à communiquer avec le compteur à distance à l’aide d’une ligne téléphonique (RTC ou GSM). Pour ce faire il est nécessaire de connaître:

•    Le numéro de téléphone sur lequel est raccordé le compteur
•    La clé esclave ou clé client pour les ICE
•    Le numéro de la voie (si plusieurs appareils sont raccordés sur le même numéro)
•    La plage d’appel (fenêtre d’écoute) dans le cas d’un CJE ou d’un ICE
•    Le modèle d’interface GSM

Les informations relatives au compteur installé sont disponibles auprès du distributeur d’électricité local.


ADS

Les compteurs ICE et les CJE disposent d’un identifiant qui décrit à la fois son année de fabrication, le fabriquant, le type de compteur et le numéro de série.
Cet identifiant est l’ADS, inscrite en face avant du compteur.
par exemple:

l'ADS d'un compteur ICE 4Q se présente comme ceci "080834000099", cela signifie que :

  • 08 est le fournisseur (Chauvin Arnoux)
  • 08 est l'année de fabrication
  • 34 est le type de compteur ICE4Q
  • 000099 est le numéro de série

l'ADS d'un compteur ICE 2Q se présente comme ceci "030407000099", cela signifie que :

  • 03 est le fabriquant du compteur
  • 04 est l'année de fabrication
  • 07 est le type de compteur ICE-2Q ou  ICE-2Q EJP
  • 000099 est le numéro de série

l'ADS d'un compteur CJE se présente comme ceci "030410000099", cela signifie que :

  • 03 est le fabriquant du compteur
  • 04 est l'année de fabrication
  • 10 est le type de compteur CJE (compteur Jaune Électronique)
  • 000099 est le numéro de série

l'ADS d'un compteur PMEPMI se présente comme ceci "080836000099", cela signifie que :

  • 08 est le fournisseur (Chauvin Arnoux)
  • 08 est l'année de fabrication
  • 36 est le type de compteur PMEPMI
  • 000099 est le numéro de série

Rapport du transformateur de courant

Le Rapport du transformateur de courant donne le coefficient à appliquer à la mesure d’électricité à l’aide de réducteur de mesure.
par exemple :
Aucun compteur en lecture directe ne peut supporter 100 Ampères. Il est donc installé sur le site des Transformateurs de Courant (TC) de 100/5 c à d que pour 100 Ampères circulant dans le primaire 5 Ampères seront lues au compteur.


Rapport du transformateur de tension

Le Rapport du transformateur de tension donne le coefficient à appliquer à la mesure d’électricité à l’aide de réducteur de mesure.
Par exemple :
Aucun compteur en lecture directe ne peut supporter 20 000 Volts. Il est donc installé sur le site des Transformateurs de Tension (TT) de 20 000/100 c à d que pour 20 000 Volts appliqués au primaire 100 Volts seront lues au compteur.


Coefficient des pertes Joules

Coefficient des pertes Joules correspond à la puissance consommée directement par le transformateur de puissance et liées au conducteur cuivre. Cette puissance est proportionnelle à la consommation est ajoutée aux index actifs du compteur.
Si la lecture de la fiche de télé relève donne 1000 le coefficient multiplicateur est 1.


Coefficient des pertes Réactives

Le coefficient des pertes Réactives correspond à la puissance réactive consommée directement par le transformateur de puissance et liées aux réactances internes.
Si la lecture de la fiche de télé relève donne 0,09 ce nombre est ajouté à la consommation de puissance réactive du compteur.


Coefficient des pertes fer

Coefficient des pertes fer correspond à la puissance consommée directement par le transformateur de puissance due au circuit magnétique.
Si la lecture de la fiche de télé relève donne 1250 ce nombre multiplié par le temps de fonctionnement est ajouté à la consommation de puissance active du compteur.

 


 

Description des applications tarifaires

En  fonction  de  sa  configuration  tarifaire,  un  compteur  ICE  met  en  œuvre  les  traitements  tarifaires
conformément  aux  configurations  des  2  applications  tarifaires  chargées.  Les  configurations  d’application
tarifaires possibles sont les suivantes :

  • une application tarifaire BASE et une application tarifaire QUALITE,
  • une application tarifaire EJP et une application tarifaire QUALITE,
  • une application tarifaire MODULABLE et une application tarifaire QUALITE,


Les principales fonctions assurées par les applications tarifaires sont :

  • la  ventilation  des  énergies  mesurées  dans  les  différentes  périodes  tarifaires  et  les  différents  postes horaires,
  • la quantification des dépassements de la puissance contractuelle de référence,
  • la mémorisation des valeurs formant la courbe de charge,
  • l’enregistrement des défauts et des événements de qualité de fourniture (dans le cas de l’application tarifaire QUALITE),
  • la mise à disposition de l’utilisateur du réseau d'une  partie des  données gérées par le   comptage, à l'aide du télé-relevé par liaison téléphonique ou du bornier-client.



Le  « poste  horaire »  désigne  une  catégorie  d’heures  de  la  journée  pendant  lesquelles  s’applique  un  tarif
donné (par exemple : Heures Pleines, Heures Creuses, Heures de Pointe, …). 
La  « période  tarifaire »  (appelée  aussi  « poste  horosaisonnier »  ou  « poste  tarifaire »)  désigne  une
combinaison de la  « saison » (par exemple : « Hiver » de novembre à mars, « Eté » d’avril à octobre, …) et du
« poste horaire » (par exemple : heures pleines, heures creuses) qui permet de déterminer le tarif applicable à
l’énergie à n’importe quel instant de l’année.


Le « Tarif Vert » géré par l’Interface Clientèle Emeraude (ICE) comprend  5 variantes de la tarification basées
sur 5 types de découpage horosaisonnier et répartis en 2 types de tarif (le tarif « A8 » et le tarif « A » appelé
aussi « A5 ») et 3 options tarifaires (BASE, EJP et MODULABLE) :

  • Tarif Vert A en option BASE, appelé A5-BASE à 5 périodes tarifaires ;
  • Tarif Vert A en option E.J.P. (Effacement Jours de Pointe), appelé A5-EJP à 4 périodes tarifaires ;
  • Tarif Vert A8 en option BASE appelé A8-BASE à 8 périodes tarifaires ;
  • Tarif Vert A8 en option E.J.P., appelé A8-EJP à 6 périodes tarifaires ;
  • Tarif Vert A8 en option MODULABLE à 4 périodes tarifaires.

La mise en application du Tarif Vert A en option BASE (A5-BASE) nécessite la définition au cours de l'année
des 5 périodes tarifaires suivantes réparties en 2 saisons : « Hiver » (de novembre à mars inclus) et  » Eté»
(d’avril à octobre inclus) :

  • Heures  de  Pointe  (P) :  2  fois  2  heures  par  jour  du  lundi  au  samedi  inclus,  et  pour  les  mois  de décembre, janvier et février (appelées aussi « Heures de Pointe Fixe ») ;
  • Heures Pleines d'Hiver (HPH): toutes les heures de la saison « Hiver » qui ne  sont ni en Heures  de Pointe, ni en Heures Creuses ;
  • Heures  Creuses  d'Hiver  (HCH) :    8  heures  par  jour  du  lundi  au  samedi  inclus  (éventuellement  non consécutives), et les dimanches entiers, pour tous les mois de la saison « Hiver »;
  • Heures  Pleines  d'Eté  (HPE) :  toutes  les  heures  de  la  saison  « Eté »  qui  ne  sont  pas  en  Heures Creuses

Heures  Creuses  d'Eté  (HCE) :  8  heures  par  jour  du  lundi  au  samedi  inclus  (éventuellement  non
consécutives), et les dimanches entiers, pour tous les mois de la saison « Eté ». 

Les 4 périodes tarifaires relatives à l’option EJP du Tarif Vert A5 (A5-EJP) sont les suivantes :

  1. Heures de Pointe Mobile (PM) : 18 heures par jour pendant 22 jours (non consécutifs) répartis sur les mois de la saison  « Hiver » ;
  2. Heures d'Hiver (HH) : toutes les heures de la saison  « Hiver » qui ne sont  pas en Heures de Pointe Mobile.  Ces  heures  continuent,  même  dans  l'option EJP,  à  être  réparties  en  Heures  Pleines  d'Hiver (HPH) et Heures Creuses d'Hiver (HCH) avec la même définition que dans le tarif A5 en option BASE  ;
  3. Heures Pleines d'Eté (HPE) : même définition que dans le tarif A5 en option BASE ;
  4. Heures Creuses d'Eté (HCE) : même définition que dans le tarif A5 en option BASE.


La  mise  en  application  du  Tarif  Vert  A8  en  option  BASE  (A8-BASE)  nécessite  la  définition  au  cours  de
l'année des 8 périodes tarifaires suivantes réparties en 4 saisons :

  1. « Hiver »,  de  décembre  à février inclus  comportant  des  Heures  Pleines  (HPH),  des  Heures  Creuses (HCH) et des Heures de Pointe (P) ;
  2. « Demi-saison », en novembre et mars, comportant des Heures Pleines (HPD) et des Heures Creuses (HCD) ;
  3. « Eté », d’avril à juin inclus et de septembre à octobre inclus, comportant des Heures Pleines (HPE) etdes Heures Creuses (HCE) ;
  4. « Saison  Creuse »,  en  juillet  et  août,  comportant  uniquement  des  Heures  Creuses  (CC)  et  appeléeégalement Juillet-Août (JA).


Les 8 périodes tarifaires sont définies de la manière suivante :

  1. Heures  de  Pointe  (P) :  2 fois  2  heures  par  jour  du  lundi  au vendredi inclus,  pendant  toute  la  saison « Hiver » (appelées aussi « Heures de Pointe Fixe ») ;
  2. Heures Pleines d'Hiver (HPH) : toutes les heures de la saison « Hiver » qui ne sont ni en Heures de Pointe, ni en Heures Creuses ;
  3. Heures  Creuses  d'Hiver  (HCH) :  6  heures  par  jour  du  lundi  au  vendredi  inclus,  et  les  samedis, dimanches, jours fériés et assimilés durant toute de la saison « Hiver » ;
  4. Heures  Pleines  de  Demi-saison  (HPD) : toutes  les  heures  de  la  saison  « Demi-saison »   qui  ne  sont pas en Heures Creuses ;
  5. Heures Creuses de Demi-saison (HCD) : même définition que les Heures Creuses d'Hiver (HCH) mais durant toute la saison « Demi-saison » ;
  6. Heures  Pleines  d'Eté  (HPE) :  toutes  les  heures  de  la  saison  « Eté »   qui  ne  sont  pas  en  Heures Creuses;
  7. Heures  Creuses  d'Eté  (HCE) :  même  définition  que  les  Heures  Creuses  d'Hiver  (HCH) mais  durant toute la saison « Eté» ;
  8. Heures  Creuses  de  saison  Creuse  (CC  ou  JA) :  toutes  les  heures  de  tous  les  jours  de  la  saison « Saison Creuse ».

Les  samedis, dimanches, jours fériés et assimilés de toutes les saisons sont entièrement classés en Heures
Creuses  de  la  saison  considérée.  Tous  les  jours  de  la  Saison  Creuse  sont  entièrement  classés  en  Heures
Creuses de cette saison.

Les 6 périodes tarifaires relatives à l’option EJP du Tarif  Vert A8  (A8-EJP) sont les suivantes :

  1. Heures  de  Pointe  Mobile  (PM) :  18  heures  par  jour  pour  22  jours  répartis  sur  les  mois  des  saisons « Hiver » et « Demi-saison » ;
  2. Heures d'Hiver (HH) : toutes les heures de la saison  « Hiver » qui ne sont  pas en Heures de Pointe Mobile ;
  3. Heures  de  Demi-saison  (HD) :  toutes  les  heures  de  la  saison  « Demi-saison » qui  ne  sont  pas  en Heures de Pointe Mobile ;
  4. Heures Pleines d'Eté (HPE) : même définition que pour le tarif A8 en option BASE ;
  5. Heures Creuses d'Eté (HCE) : même définition que pour le tarif A8 en option BASE ;
  6. Heures Creuses de saison Creuse (CC ou JA) : même définition que pour le tarif A8 en option BASE.


La mise en application du Tarif Vert A8 en option MODULABLE (A8-MODULABLE) nécessite la définition au
cours de l'année des 4 périodes tarifaires suivantes réparties en 3 saisons :

  1. « Hiver Mobile», s’étendant sur 9 semaines par an, comportant des Heures d'Hiver Mobile  (HM) et des Heures de Pointe Mobile (PM) ;
  2. « Demi-saison Mobile », s’étendant sur 19  semaines  par an, comportant des Heures de Demi-saison Mobile (DSM) et des Heures de Pointe Mobile (PM) ;
  3. « Saison Creuse Mobile », s’étendant sur les  semaines restantes (soit 24 semaines pour une année moyenne),  comportant uniquement des Heures de Saison Creuse Mobile (SCM).


Les  3  saisons  sont  réparties  au  cours  de  l’année  suivant  un  calendrier  ne  comportant  aucune  période fixe.
L’année tarifaire commence le premier mardi du mois de septembre et s’achève le premier lundi du mois de
septembre  de  l’année  suivante.  L’année  est  divisée  en  semaines  tarifaires  commençant  le  mardi  à  7h.  A
chaque semaine est attribuée  une des 3 saisons tarifaires. Cette attribution est annoncée dans l’après-midi du
lundi précédent la semaine concernée. 

Les  4  périodes  tarifaires  relatives  à  l’option  MODULABLE  du  Tarif    Vert  A8    (A8-MODULABLE)  sont
définies de la manière suivante :

  • Heures de Pointe Mobile (PM) : 18 heures par jour pour 22 jours répartis sur les mois de novembre à mars dans les semaines de saison  « Hiver Mobile » ou  « Demi-saison Mobile » (jours identiques aux jours de Pointe Mobile de l’option EJP) ;
  • Heures d'Hiver Mobile (HM) : toutes les heures des  semaines de saison « Hiver Mobile » qui ne sont pas en Heures de Pointe Mobile ;
  • Heures  de  Demi-saison  Mobile  (DSM) :  toutes  les  heures  des  semaines  de  saison  « Demi-saison Mobile »  qui ne sont pas en Heures de Pointe Mobile ;
  • heures de Saison Creuse Mobile (SCM) : toutes les heures des semaines de saison « Saison Creuse Mobile ».

 


Concernant les périodes tarifaires, les abréviations suivantes sont utilisées.

 

PM : Heures de Pointe Mobile.
P : Heures de Pointe Fixe.
HPH : Heures Pleines d'Hiver.
HCH : Heures Creuses d'Hiver.
HPD : Heures Pleines de Demi-saison.
HCD : Heures Creuses de Demi-saison.
HPE : Heures Pleines d'Eté.
HCE : Heures Creuses d'Eté.
JA : Heures de la Saison Creuse, alias Juillet – Août.
HH : Heures d'Hiver.
HD : Heures de Demi-saison.
HM : Heures d’Hiver Mobile.
DSM : Heures de Demi-saison Mobile.
SCM : Heures de Saison Creuse Mobile.


 


Concernant les postes horaires, les abréviations suivantes sont utilisées.
P : poste horaire Pointe.
HP : poste horaire Heures Pleines.
HC : poste horaire Heures Creuses.

 


 

Les  puissances  maximales  atteintes par  poste  horaire  sont  des  registres  contenant  les  valeurs  des
puissances maximales atteintes mesurées par le compteur dans chacun des postes horaires considérés. Elles
sont exprimées en kW. Les abréviations suivantes sont utilisées.

 


Les  « données  de  dépassement  par  période  tarifaire » sont  des  groupes  de  registres  contenant  les
informations permettant de facturer les dépassements de la puissance contractuelle de référence pour chacune
des périodes tarifaires considérées. Les données de dépassement de chaque période tarifaire sont constituées
d'un  registre  contenant  la  valeur  de  la  durée  de  dépassement  (exprimées  en  minutes)  et  d'un  registre
contenant la valeur de l’amplitude du dépassement quadratique (exprimés en kW).


Les  « données  de  dépassement  par  poste  horaire » sont  des  groupes  de  registres  contenant  les
informations permettant de facturer les dépassements de la puissance contractuelle de référence pour chacun
des  postes  horaires  considérés.

 

 


 

Précisions sur l’enregistrement de la courbe de charge

En  vue  de  l'élaboration  d'une  courbe  de  charge,  le  compteur  enregistre  périodiquement  une  valeur représentative de la puissance active transitant au point de livraison.

Pour élaborer ces courbes de charge, le compteur utilise les énergies mesurées et tient également compte des calculs effectués pour intégrer l’impact des rapports de transformation des différents réducteurs de mesure de courant  (TC)  et  de  tension  (TT)  et  des  coefficients  et  paramètres  correctifs  représentant  les  flux  d’énergie active et réactive liées aux transformateurs de puissance et aux lignes HTA et BT présentes entre le Point de Livraison en HTA et les appareils de mesures des flux d’énergies (notions de « pertes » d’énergie).

La durée théorique de la période d’intégration séparant deux enregistrements est notée Tc. Cette grandeur est exprimée en minutes et est paramétrable par ERDF avec une valeur égale à 5 ou 10. La valeur usuelle est 10 minutes.


Pour les flux d’énergie en soutirage :

   la valeur de Kj est usuellement comprise entre 1 et 1,06 pour permettre la prise en compte du soutirage d’énergie active dû aux pertes Joules dans les transformateurs de puissance et les lignes HTA et BT, la valeur de Kf (en W) permet la prise en compte du soutirage d’énergie active dû aux pertes Fer dans les  transformateurs  de  puissance  et  les  lignes  HTA  et  BT  et  est  usuellement  comprise  entre  0  et 5500 W,
   la valeur de Kpr est usuellement comprise entre 0 et 0,5 pour prendre en compte le soutirage d’énergie réactive (énergie réactive positive) des transformateurs de puissance et des lignes HTA et BT.

Dans le cas où la prise en compte des pertes n’est pas applicable (cas du point de comptage situé au point d’application de la tarification, par exemple : comptage en HTA), les coefficients et paramètres sont positionnés aux valeurs typiques suivantes qui n’ont aucun effet correctif : Kj égal à 1, Kf égal à 0 et Kpr égal à 0.

Ces valeurs sont ensuite cumulées dans les index correspondant à la période tarifaire en cours.
Chaque  index  comptabilisant  une  énergie  active  est  exprimé  en  kWh ;  chaque  index  comptabilisant  une
énergie réactive est exprimé en kvarh.
En  cas  de  changement  de  poste  horaire  ou  de  période  tarifaire,  les  fractions  de  kWh  et  de  kvarh  sont
conservées pour être restituées lors de la réapparition du poste ou de la période tarifaire concernée.

A la fin de chaque période horaire de Tc minutes rondes (fenêtre de Tc minutes non glissante : 0h00, 0h10, …), le compteur effectue le calcul de la puissance active moyenne sur la période de Tc minutes écoulée. La puissance active moyenne est calculée à partir de l’énergie mesurée depuis le dernier enregistrement sur le total des trois phases, ramenée au primaire, et corrigée si nécessaire. Puis, le compteur en fait l'enregistrement dans le tableau de courbe de charge sous la forme d’un élément d’information appelé « élément-puissance ».

La valeur  enregistrée  est  exprimée  en  kW.  Elle  est  donc  arrondie  à  la valeur  la  plus  proche  avec  un  report
d'arrondi sur la valeur qui fera l’objet de l’enregistrement suivant. Télé-relevé par liaison téléphonique RTC des appareils de comptage   de type « Interface Clientèle Emeraude à deux quadrants »

Même  lorsque  la  durée  réelle  de  mesure  des  énergies  n’est  pas  égale  à  Tc  minutes  (élément  tronqué),  le
temps pris en compte pour le calcul de la puissance  moyenne est toujours égal à Tc minutes. Ceci peut se produire dans le cas d’une coupure de l’alimentation réseau ou d’une remise à l’heure. Dans ce cas, la valeur mesurée est marquée comme « tronquée » dans l’élément-puissance correspondant.

La durée totale de l’enregistrement représenté par le tableau de la courbe de charge est variable en fonction de la valeur de la période Tc. Le tableau d’enregistrement permet la mémorisation d'environ 10 000 éléments, ce qui correspond à environ 60 jours de courbe de charge pour une période Tc de 10 minutes et à environ 30 jours  pour  une  période  Tc  de  5  minutes.  La  valeur  exacte  de  cette  durée  dépendra  également  des « événements »  survenus  durant  la  période considérée  :  coupure  de  l’alimentation  réseau,  évènements  nécessitant l’insertion dans le tableau d’éléments de datation ou d’enregistrements complémentaires.